jeudi 28 janvier 2010

C'est beau une ville la nuit



Il est deux heures du matin, les rues sont encore animées. Il fait frais et pourtant les gens flânent dehors. Il y a du monde aux terrasses des cafés, il y a du monde dans les restaurants, ici on mange 24 h sur 24 et un steack-frites à cette heure, quoi de plus normal…..

Le long de la plage déambulent les couples enlacés, des jeunes à vélo ou juchés sur des planches à roulettes s’amusent sans se soucier de l’heure qu’il est. Les chiens profitent de leur dernière promenade, les taxis continuent leurs allées et venues. Les parasols sont fermés mais les tables des plages occupées, les gens se promènent le long de l’eau, certains se risquent à y tremper les pieds…. Beaucoup d’immeubles sont encore allumés… Ici les gens ne dorment jamais….

Je prends la direction de Jaffa. L’horloge ottomane qui trône au milieu de la petite place brille de mille feux. Il est deux heures du matin et il y a foule chez Aboulafia, les gens achètent des pitotes qu’ils font remplir de shwarma, des pitotes fraiches qui sortent du four, à toute heure du jour et de la nuit, les serveurs s’activent dans le restaurant d’en face, même le marchand de bagel est encore ouvert, le vendeur attend patiemment, il sera récompensé, un homme gare sa voiture là où c’est interdit, bloque la circulation et se commande un énorme bagel rempli de fromage et salades de toutes sortes…. seul le glacier fait la tête, il ne fait pas recette ce soir mais il fait frais…..

La makolète arabe ne ferme jamais, assis devant des verres de café fumant, quatre hommes jouent aux cartes et les conversations semblent animées. Le marchand de légumes réapprovisionne son stand, il empile les bananes les unes sur les autres et jette avec nonchalance sa cigarette sur le trottoir. Il est deux heures du matin et personne n’achète de légumes, mais s’il est ouvert c’est qu’il doit quand même avoir des clients. Deux hommes sortent de la boutique « AM-PM » pizzas surgelées à la main, ils enfourchent une moto et s’enfuient dans la nuit.

Les jeunes squattent les bancs des parcs, cannettes de cola à la main ils parlent bruyamment en faisant de grands gestes. Les chats fouillent les poubelles et se battent à grand coup de pattes et de miaulements stridents, c’est le plus fort qui gagnera et peut-être qu’il partagera mais peut-être pas……

Ma petite rue est calme, les bougainvilliers sont endormis, ils s’affalent le long des murs de pierre, ma bâtisse est allumée, les voisins ne dorment pas où alors ils laissent une lumière, ça se fait beaucoup ici…. Un chat noir ayant aperçu la lueur de mes phares se jette sur le côté, il est immobile et me fixe de ses yeux dorés. Deux hélicoptères volent le long de la mer, ils surveillent les côtes, ils font partie du paysage, quoi de plus normal…..

Il est deux heures du matin et je ne trouve pas le sommeil, j’imprime ces images dans un coin de ma mémoire, je vis à Tel-Aviv, la ville qui ne dort jamais et j’aime cette ambiance nocturne moi qui pourtant avant détestais. Je vis à Tel-Aviv, je suis Israélienne, je me le répète sans fin par peur d’oublier….

Le sommeil ne m’emporte pas, trop de choses à penser, trop de chagrin, peur de laisser tout ce qu’ici me plait, peur de ne jamais les retrouver. Une larme discrète coule le long de ma joue. Je l’essuie furtivement…. J’en ai essuyé beaucoup aujourd’hui……je ne sais plus les contrôler. Au loin un chien aboie, il donne le signal et très vite d’autres se joignent au tintamarre….. j’apprécie presque ce bruit…..

A 5 heures le muezzin appellera pour la prière…… je ne l’entends pas à chaque fois mais depuis quelques temps je l’entends de plus en plus souvent, peut-être qu’inconsciemment je le guette, j’aime cet appel qui brise le silence, il marque la venue du jour…… le son est limpide et doux…..il me berce presque…..

Il est cinq heures du matin, le muezzin commence à chanter, une lueur légère se glisse entre les volets, je ne dors toujours pas, dans une heure le camion des poubelles passera dans les ruelles, j’entendrai les hommes crier et s’engueuler comme à l’accoutumée…..

Nous sommes à Tel-Aviv, la ville qui ne dort jamais….

23 commentaires:

  1. Tel Aviv ne dort jamais et pourtant dans ma rue j'avais moins de bruit qu'à Paris. Ne pleure pas Ysa, toi, tu pourras revenir...

    RépondreSupprimer
  2. Ta peine à travers les mots est poignante; on sent qu'on t'arrache à toi-même. Vivement que ce départ ait eu lieu, c'est tellement plus difficile avant. Après, vous serez dans l'organisation de votre installation et n'aurez pas le temps de trop souffrir. Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
  3. Ysa, c'est l'un de tes mails qui m'arrache le plus les tripes...d'abord tu décris si bien que je le vis avec toi j'ai l'impression d'être là et de sentir tes mots, la vie cette nuit là
    ensuite ta détresse rappelle celle que j'ai si bien connue il y a 13mois lorsque je me suis sentie comme jetée de là bas, ce là bas qui coule dans mes veines
    ensuite je sais que bien peu de gens comprendront à ton retour cet amour fou que tu portes en toi...çà finira par les agacer comme à nous on nous disait : bon çà va maintenant vous êtes rentrés !... alors garde, garde, emmagasine...je serai là ou que tu sois quand tu auras envie de parler, je suis sûre que tu as plein de gens qui t'aiment et d'amis qui t'attendent les bras ouverts mais je te donnerai mon phone...et je serai là quand tu voudras en parler..çà fait tant de bien...
    chaque jour depuis quelques semaines je me dis que j'ai cru très fort à des amitiés que j'ai été sincère mais qu'en fasse j'ai reçu du vent ...et puis il y a les personnes avec qui on se dit pas chaque jour "je t'adore"...mais elles sont là, présente, on y pense...voilà je voulai te dire que tu es de ces personnes comme notre italienne peu présente sur les blogs mais qui est là toujours...alors pour moi elle est là la vraie amitié des blogs...

    j'ai les larmes qui coulent comme toi...parce que moi ta tristesse ou ta détresse je l'accepte totalement ...je la comprend Ysa...je voulais juste te le dire comme çà en passant
    tendresse de Nanou

    RépondreSupprimer
  4. heu pas un de tes mails mais de tes posts bien sûr !

    RépondreSupprimer
  5. Je l'ai vécu avec toi ton tour de ville, comme tu vois le temps arrête pas, demain sera un autre journée. Bye Ysa

    RépondreSupprimer
  6. Elle est belle ta ville, tu la racontes bien. Allez courage!

    RépondreSupprimer
  7. Je suis passée hier soir et j'ai lu et relu...
    Comme la tristesse et déjà la nostalgie te font écrire et je suis d'accord avec Nanou, un de tes plus beaux billets...
    Tu as ton Pays et Ta Ville dans le sang Ysa, tu vas l'emporter avec toi juste le temps d'une escale, un couple d'année comme écrivait hier une amie Québécoise !
    Un couple d'année ce n'est pas bien long...
    Et puis à ceux qui comme moi ne connaisse pas encore ce Pays, tu nous fais l'aimer à un point, tu ne peux imaginer...
    Merci....
    Je t'embrasse bien fort, respire tous ces derniers beaux instants et couvrez vous bien, parce qu'ici il ne fera pas chaud...
    Belle journée à toi !

    RépondreSupprimer
  8. Je ne pourrai pas vivre dans une telle ville, j'ai besoin de calme pour dormir

    RépondreSupprimer
  9. Très beau ce texte, rempli de respect et de mélancolie, on sent que le départ imminent t'arrache les tripes! je suis très admirative devant cet amour pour ton pays

    RépondreSupprimer
  10. HEURE BLEUE : Mais toi aussi tu y reviendras un jour, on ne peut pas oublier une telle ville...

    JOELLE : Oui tu as entièrement raison, le plus douloureux sera de partir, quand dans l'avion je regarderai une dernière fois les côtes Israéliennes s'éloigner, ça sera terrible, après on s'installera, mais on vivra quand même au rythme des infos Israéliennes parce ce que ce que l'on vit ici, c'est trop fort....

    NANOU : Je sais que tu peux comprendre et qu'à travers mon récit tu dois revivre toi aussi des choses douloureuses. Dès que je serais installée je te donnerai mon numéro de téléphone....

    CATCENT : Mon tour de ville en vrai c'est encore mieux !!!

    BRICO GIRL : On dit de Tel-Aviv que c'est "la ville laide la plus belle du monde"...

    VIRGINIE : Un couple d'années oui ça me plait bien.... ce pays est méconnu, on le juge à ce qu'on voit à la TV et ce qu'on nous montre n'est jamais beau, mais la réalité est toute autre, j'espère qu'un jour je pourrais te le faire découvrir pour de vrai, quand je reviendrais....

    ANGELITA : C'est ce que je croyais aussi en venant ici, je me suis dit je ne pourrais jamais.... il y a des coins très calmes à T.A., l'endroit ou j'habite est calme, le chant du muezzin on s'y habitue, les hélicoptères aussi, ils nous rassurent, et les chiens ma foi.... ils finissent bien par se taire....

    MAEVINA : Ah bein ça pour m'arracher les tripes ça me les arrache !!! je n'arrive toujours pas à croire que dans un mois tout sera terminé.... et pourtant les choses se précisent, seule consolations, pour Rébecca Cosmétiques le bilan est parfait, c'est de bonne augure pour nos prospections en France et on a déjà plein de clients qui nous attendent....

    RépondreSupprimer
  11. C'est une véritable force de partir malgré soi !
    Israël t'attendra ; T.A. t'attendra. Lorsque tu parles de ce pays, de T.A., de ta rue, de l'horloge, je les vois !
    Il y a près de 5 mois déjà, nous faisions connaissance et nous arborions ensemble ces ruelles mystérieuses en dégustant une glace, tous les 5. Je comprends ta difficulté, ta douleur car vous nous avez fait ressentir, lors de notre visite ce bien-être qui planait autour de vous ; mais tu vois, ce sentiment est resté intact.
    Cette aura t'appartient et on pourrait presque l'apercevoir à tes côtés...

    C'est sûr que ce qui doit être le plus difficile aujourd'hui et durant les jours à venir, c'est le départ et tout ce que ça engendre comme préparatifs ; mais ton amour pour ta patrie est si fort qu'il te portera j'en suis persuadée et ne te quittera pas de si tôt !
    N'aies crainte, ensemble avec Jules, vous continuerez votre route, peut-être pas en Israël mais si votre avenir est là-bas, le destin saura vous y ramener...

    DAN

    RépondreSupprimer
  12. Je prends la direction de Jaffa....et je suis derrière qui te suis pas à pas...je sens même les odeurs...la mer, les shawarmas, les falafels...pffft ! bon tu nous écriras un si beau texte à BD ;-)

    RépondreSupprimer
  13. j'ai dû manquer une note et je tombe des nues : tu pars ???????

    RépondreSupprimer
  14. chère Ysa : juste venir te dire que je pense fort à toi, pas une journée sans que je parte vers Israël, vers toi mais au fait quand rentres tu et surtout où vas tu quelle région ?
    je t'embrasse de tout coeur
    tu fais tant partie de mes jolies rencontres

    RépondreSupprimer
  15. CARELI : Et oui je me souviens de nos promenades dans les ruelles de Yaffo, c'était encore le bonheur à cette époque mais après les nuages sont arrivés. Je ne sais pas si c'est une force de partir, je crois que je n'ai surtout pas le choix....J'emporterai un peu de ces ruelles et de ces odeurs avec moi, en attendant de revenir...

    BERAN : Je voudrais aller à Jéru avant de partir, à la Mer Morte aussi, je ne sais pas si je vais avoir le temps....

    LILI : Bein oui t'as loupé, je t'envoie un MP

    NANOU : Je rentre aux alentours du 20, la date n'est pas encore fixée mais il faut combiner avec les vacances scolaires de Rébecca, la destination c'est le Nord, parce que mes parents habitent là bas et pour Rébecca ça sera plus pratique....

    RépondreSupprimer
  16. Comme je comprend Nanou, pareil, j'ai voulu croire très fort à certaines amitiés et pareil, en face il n'y avait que du vent.
    Perso, je n'ai pas encore trouvé comme toi Ysa mon repère, mon ancrage, le lieu que je ne voudrais pas quitter. Je n'ai jamais eu ma place quelquepart.
    Tu sais le nord n'est pas si loin de chez moi, alors si un jour tu veux visiter mon coin, fais moi un signe.Faut juste pas être allergique aux chats, j'en ai 6 ;)

    RépondreSupprimer
  17. Je ne comprends rien Me Kind?????? tu quittes Israël????
    j'avais cru comprendre que tu déménageais mais pas que tu quittais Israël?????
    Bisouxxxxxxx
    Le Lion

    RépondreSupprimer
  18. Il y a beaucoup de similitudes entre ISRAEL et ESPAGNE,que de souvenirs, mes racines....
    Bises

    RépondreSupprimer
  19. tu vis le plus dur ... enfin je parles du départ... mais quand tout va s'enclencher il y aura tellement de choses... et je pense qu'il n'est pas question d'oublier pour qui que ce soit... tu étais bien là... mais la vie vous fait prendre un autre chemin... mais dans ton coeur et c'est ce qui est le plus important... le coeur...

    bon dimanche et gros bisous gentille Ysa

    RépondreSupprimer
  20. Tous ces bruits , ces sensations sont en toi , tu ne pourras pas les oublier !!! Et puis tu vas y retourner en Israel !!!
    Je pense bien a toi et je t´embrasse .

    RépondreSupprimer
  21. MAY : Tu finiras par le trouver ton ancrage. Pour venir chez toi, pas de problème, peut-être pour le marché de Noël ? et puis tu sais les chats j'adore, d'ailleurs je parle le chat couramment !!

    NUAGE DE LAIT : Bein oui t'es larguée, je rentre en France, et à Dunkerque en plus

    VICTORIA : C'est un pays méditerranéen, c'est pour ça qu'il y a des similitudes...

    FLO : Oui c'est le plus compliqué, c'est le bazar, on ne sait pas ou on va, comment tout va s'organiser, on a le temps contre nous, en fait on a tout contre nous....

    NANOU : Merci, moi je penserai à toi le 25 quand tu t'envoleras pour ta Guyane chérie, je serais alors en France....

    EMMANUELLE : Oui je vais garder les odeurs et les sensations, et puis tu as raison je reviendrai... d'ailleurs une amie me prête déjà sa maison pour le mois d'Août, en échange je garde son chat, c'est pas un beau programme ça ? bon je ne suis pas certaine de pouvoir venir en Aout, mais ça fait rêver....

    RépondreSupprimer
  22. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer